logo

Jean-Luc CHAIGNAUD (ISTEC 1980), artiste lyrique, baryton est Méphistophélès dans la "Damnation de Faust" à l'Opéra de Limoges

Soirées - 583 vues
vendredi 09 novembre 2012
19:00 à dimanche 11 novembre 2012 15:20
Opéra de Limoges
LIMOGES FRANCE
La date limite de clôture des inscriptions est passée.
Livret du compositeur et d’Almire Gandonnière d’après la traduction de Gérard de Nerval du Faust de Goethe (1808) . Création en concert le 6 décembre 1846, à l’Opéra-Comique (Paris), puis sur la scène lyrique le 18 février 1893, à l’Opéra de Monte-Carlo
Quel est ce crime pour lequel Berlioz, infidèle en cela à Goethe, livre son héros à la damnation ? Avoir ouvert son âme à ses penchants inavouables, avoir cédé à la tentation du savoir au détriment de la foi, s’être rendu captif de son désir fou d’égaler Dieu. Par-delà la portée morale qu’affiche la légende dramatique créée en 1846 en concert puis en 1893 sur la scène lyrique, la relecture musicale de la légende de Faust par Berlioz innove, sort du cadre traditionnel de l’opéra, concède à l’orchestre et au choeur une place primordiale. Berlioz s’autorise aussi des raccourcis de lieux et de temps quasi cinématographiques, donnant au récit l’élasticité du rêve – ou du cauchemar pour Faust – et l’intensité des hallucinations. Tout s’accorde à ces dimensions démesurées, empruntant les voies chaotiques d’une grande épopée non pas épique mais intime, intérieure.
Face à cet ouvrage on ne peut plus atypique, le metteur en scène et dramaturge Frédéric Roels, attaché un temps à l’Opéra royal de Wallonie et aujourd’hui directeur de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, dégage une autre théâtralité, plus contemporaine que celle de la légende médiévale : un astrolabe en rotation matérialise l’enjeu scientifique et la portée cosmique de la quête faustienne, tandis qu’un choeur fantasmagorique, projection de tous les délires collectifs de l’humanité, ravive, par contraste, la solitude du héros. Faust ne trouvera sa respiration, insuffisante à anéantir Méphisto, que dans la cristallisation de son amour pour Marguerite, rétablie dans son rôle de moitié essentielle à l’équilibre du couple. Car pour Frédéric Roels, il s’agit de célébrer la victoire de l’être humain sur la nature.
Nouvelle production de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie / Coproduction Opéra de Rouen Haute-Normandie / Opéra Théâtre de Limoges

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire
  • Site web de l'évènement
  • Imprimer
  • Ajouter à mon agenda        
Lieu
48 Rue Jean Jaurès
87000 LIMOGES
Participants
0 participant